La liste de contact, ce fichier Excel qui vous veut vraiment du bien !

La liste de contact, ce fichier Excel qui vous veut vraiment du bien !

Êtes-vous déjà tombé·e par hasard sur un·e client·e lors d’un salon ? (Et oui ça a vraiment un lien avec le sujet 😉)

Imaginez… Vous tenez un stand sur un salon. Enfin, disons plutôt que c’est votre demie-journée de corvée. Lassé·e de regarder les visiteurs déambuler dans les allées tout en évitant soigneusement de capter votre regard, vous avez ouvert votre ordinateur portable pour checker vos mails et avoir l’air occupé·e…

Soudain, alors que vous êtes au beau milieu d’un coup stratégique sur Candycrush, qu’elle n’est pas votre surprise d’entendre votre prénom, de lever la tête et de vous retrouver face à un·e client·e !

Gênant 😖 D’autant plus que vous pensiez sincèrement lui avoir envoyé une invitation à venir vous voir sur le stand et que celle-ci était restée sans réponse…

A la louche je dirais que vous avez :

  • Oublié ce·tte client·e dans la liste de diffusion au moment de renseigner les destinataires
  • Fait une invitation à l’arrache quelques jours seulement avant le salon
  • Pas pensé à donner envie et/ou un motif valable à votre client·e de venir vous voir sur le stand, à part pour vos beaux yeux…

Un trésor fabuleux se cache dans votre boîte mail…

Un fichier de contacts qualifiés est un des outils qui a la plus grande valeur en termes de stratégie marketing pour votre entreprise. Dans le cadre spécifique d’une action commerciale comme un salon cet outil va vous servir à :

  • Lancer des invitations à une cible qualifiée, pour que ces personnes viennent visiter votre stand
  • Pousser des contenus pertinents, pour motiver encore plus votre cible à venir visiter votre stand
  • Transformer vos contacts salon en lead, puis en prospects, puis en client·e·s

Comment faire un chouette fichier de contact qualifiés ?

C’est ultra facile. Pas fun, mais facile. Et comme on dit maintenant, c’est hyper satisfaisant une fois terminé 😜

  1. Exportez vos listes de contact des boîtes mail, sortez les cartes de visites des tiroirs… et mettez tout ça dans un tableur !
  2. Conservez uniquement les informations dont vous avez besoin pour votre stratégie commerciale, à raison de une par colonne
  3. Mettez votre tableau au propre : harmonisez les formats, faites la chasse aux adresses mail erronées, aux cellules fusionnées etc.
  4. Mettez à jour régulièrement 🙃

Dernier tips… Essayez de vous y mettre un peu en avance, au moins trois mois avant le salon, vous éviterez les crises d’angoisse 😉

PS. PS. Si jamais vous êtes quiche en post-traitement de base de contact comme moi, j’ai une arme secrète qui s’appelle Claire, qui s’occupe de transformer chaque ligne en rendez-vous 😃

Si ce sujet vous a plu et que vous voulez aller plus loin, n’hésitez pas à me faire passer vos questions ou à me laisser un témoignage en commentaire 🫶

Au plaisir de vous lire,

Lucie

Diminuer l’impact environnemental de votre stand en 6 étapes

Diminuer l’impact environnemental de votre stand en 6 étapes

Ça fait des mois que je me retourne le cerveau pour combiner événementiel, engagement environnemental et consommation durable sans faire de greenwashing. J’ai envie d’embarquer mes client·e·s dans une réflexion sincère et engagée, de réfléchir à comment faire différemment et pas simplement de trouver des solutions de bonne conscience.

Parfois j’arrive à des impasses. J’ai l’impression de jouer à « Tu préfères avoir des pattes de fourmis ou une queue de cochon pour le reste de ta vie ? »

Ma pire impasse ? Comment aller au CES autrement qu’en avion. Je m’imagine mal passer trois semaines en mer dans un container, ou vomissant mes boyaux à bord d’un catamaran…

Faudrait-il déjà jouer la carte de la compensation carbone 😢 ?

J’ai été très agréablement surprise de découvrir que je n’étais pas la seule à me poser cette question, et que l’intérêt de ma communauté pour le sujet était bien là !

Alors, peut-on vraiment diminuer l’impact environnemental de son stand sur un salon ?

Ma réponse est oui. Oui vous pouvez diminuer l’impact environnemental de votre stand, en vous appuyant sur les grands principes d’une consommation responsable.

J’ai même 6 pistes de travail à vous proposer, sans sacrifier les enjeux commerciaux et esthétiques de votre projet.

Piste 1 : Louer votre mobilier

La location de matériel à usage ponctuel est un des piliers d’une consommation responsable. En plus, ça fait du bien à votre budget !

      • Vous limitez la production de biens de consommation, vous contribuez à préserver les ressources et prévenez les déchets
      • Vous diminuez l’impact du déplacement et du stockage
      • Vous dépensez moins, en fonction de vos besoins et vous faites du bien à votre trésorerie

Interlude technique…

Diminuer son impact environnemental peut paraître assez incantatoire, et les pistes à explorer nombreuses. J’ai choisi dans cet article de me focaliser sur deux notions, la consommation durable et la consommation responsable, dont vous trouverez les définitions ci-dessous.

Il y a certainement d’autres leviers à actionner, et je serais ravie d’en parler avec vous. Un pied devant l’autre et le sujet prendra l’ampleur qu’il mérite. N’hésitez pas à me faire des retours et à m’envoyer des références de chouettes entreprises qui prennent des initiatives.

Consommation durable : Source OCDE, L’observateur – chrome-extension://efaidnbmnnnibpcajpcglclefindmkaj/https://www.oecd.org/fr/env/consommation-innovation/1939000.pdf

Consommation responsable : Economiecirculaire.org – https://www.economiecirculaire.org/static/h/consommation-responsable.html

Piste 2 : Utiliser votre mobilier de bureau !

Et si vous faisiez d’une pierre deux coups ? L’idée est d’avoir une vision à 360° de votre mobilier et de le penser à la fois pour un usage interne et pour un usage salon. Par exemple, au moment de choisir le canapé, les chaises et les tables pour votre coin détente, privilégiez des meubles qui pourront faire un coin cosy pour vos clients sur votre prochain stand.

Besoin d’un espace de réunion ? Investissez dans une cabine insonorisée mobile qui vous aménagera idéalement un espace de négociation avec vos prospects lors de vos prochains salons !

Piste 3 : Aménager votre stand avec du mobilier sur mesure / sur-cyclé ou en carton

C’est mon dada du moment 💚 J’ai trouvé une ébéniste qui fabrique des meubles sur-mesure à partir de chutes qu’elle récupère en ressourcerie, chez un fabricant de cloisons ou encore chez une collègue qui fait des toilettes sèches pour l’événementiel. Autant vous dire que je vous encourage vivement à imaginer le meuble de vos rêves et à faire de la R&D avec elle.
J’ai aussi découvert le mobilier en carton, et pas du genre qui se met à plat dans un emballage de 1Mx1M, mais plutôt sur le principe d’un assemblage en kit. De là à travailler avec un imprimeur responsable pour customiser votre projet il n’y a qu’un pas.

Piste 4 : Challenger votre designer de stand sur les matériaux, leur provenance, leur recyclage

Certains designers de stand proposent déjà un bilan carbone des matériaux utilisés pour l’élaboration du projet de stand. L’objectif étant de permettre à leur client·e·s de prendre des décisions en conscience. Il existe aussi des entreprises spécialisées dans la récupération des stands usagés ! Anticipez aussi vos différents salons pour travailler sur des stands qui s’adaptent à tous vos objectifs stratégiques !

Piste 5 : Bosser à fond votre stratégie de communication et votre stratégie commerciale

C’est la piste la plus complexe à mettre en œuvre, parce qu’elle demande une reprise en profondeur de votre activité. Il s’agit d’identifier des objectifs objectifs et atteignables ET de prendre le temps de mettre en place des supports qui soient pertinents, efficaces et pérennes.

Prenons l’exemple de la plaquette. Rien de pire que d’imprimer à l’arrache avec des photos au portable 500 exemplaires dans un papier obséquieux une plaquette qui n’atteindra pas les objectifs commerciaux, desservira votre image et finira au mieux bennée par un stagiaire après avoir été stockée 10 ans dans vos archives…

Idem pour le kakémono.

Prenez le temps de faire faire de belles images durable et exploitables sur l’ensemble de vos supports de communication, de travailler un texte qui traduit votre adn et sert vos projets, challengez des imprimeurs pour trouver des supports qualitatifs, et surtout résistez aux 500 plaquettes supplémentaires pour 10€, imprimez selon vos besoin et pas selon des économies d’échelle inutiles.

Piste 6 : Challenger les organisateurs !

Vous avez le pouvoir ! Challengez les organisateurs sur la récupération des déchets comme la moquette, il existe déjà plusieurs initiatives :

En fouillant rapidement sur le web j’ai trouvé :

Voilà, j’espère que cet article vous a plu et que vous allez pouvoir mettre en oeuvre au moins une de ces pistes de travail pour votre prochain salon ! N’hésitez pas à me faire vos retours en commentaire sur ces idées, à m’en proposer de nouvelles, à me renvoyer vers des entreprises innovantes que je pourrais mettre en avant dans un prochain article !

Au plaisir de vous lire,

Lucie

Faire un SWOT pour préparer votre prochain salon

Faire un SWOT pour préparer votre prochain salon

La matrice SWOT est la star des écoles de commerce et autres formations. Elle est assez facile d’accès, et s’adapte à tous les types de projet. Bien travaillée elle permet de poser des diagnostics vraiment pertinents.
Participer à un salon est une action commerciale essentielle pour les entreprises. Toutefois, cela demande un minimum de temps et de préparation pour être une opération vraiment réussie. Se contenter d’une organisation « à l’arrache », c’est prendre le risque de perdre en retour sur investissement et d’investir à perte sur ce levier.

Réunir son équipe quelques mois avant pour réaliser un SWOT spécifique autour du projet salon est une étape essentielle à la réussite du projet. Rien ne vous oblige à dépasser les 2h de réunion. Et au moins si vous décidez d’aller sur un salon international sans stand avec votre seule carte de visite en poche, vous saurez expliquer pourquoi 😉

La matrice SWOT vous aide à  

  • Prendre des décisions éclairées pour votre stratégie événementielle
  • Identifier des leviers de retour sur investissement possible via les salons
  • Analyser l’environnement de l’entreprise à 360°
  • Anticiper les risques

Je vous propose dans un premier temps de faire le tour du sujet avec du contenu académique, puis de voir ensemble comment l’adapter à votre projet d’exposer sur un salon.

Comprendre le SWOT

Le sigle SWOT est un acronyme anglais pour les termes Strengths Weaknesses Opportunities et Threats, soit en français : Forces Faiblesses Opportunités Menace. Il est utilisé dans la gestion de projet pour faire des diagnostics qualitatifs. La matrice SWOT se présente le plus souvent sous la forme d’un tableau qu’on va venir remplir avec des informations le plus pertinentes possible par rapport au sujet traité.
Ce qui est chouette avec le SWOT, c’est que vous pouvez en faire pour à peu près tout, même dans votre vie privée : recherche d’emploi, repas du soir, destination des vacances, achat d’un nouveau véhicule…

La première étape pour réaliser un SWOT est de recenser toutes les informations internes à l’entreprise : votre offre de produit (s) et services, ressources humaines, management, stratégie marketing et commerciale, ressources financières et matérielles, sous-traitants etc. Puis, d’identifier si ces informations représentent un atout pour l’entreprise ou freinent la réalisation de ses objectifs.

La deuxième étape pour réaliser un SWOT est de recenser les informations externes à l’entreprise, c’est-à-dire tout ce qui va avoir un impact sur son activité, puis d’identifier si elles représentent un levier d’action ou un risque à anticiper. L’analyse externe peu porter sur la concurrence, le marché, les clients, les fournisseurs, la législation, le contexte socio-économique, les technologies associées à votre activité etc. Pour aller plus loin sur la partie externe, vous pouvez vous inspirer – ou même réaliser – des matrices PESTEL et/ou PORTER.

 

 

Exemple de SWOT pour un salon

Les 6 règles d’or pour réaliser un SWOT salon efficace :

    1. Définissez vos objectifs quantitatifs et qualitatifs salon en amont de la réalisation du diagnostic afin de contextualiser et cadrer la réalisation de la matrice.
      Exemple d’objectifs : Attirer X prospects par jour sur mon stand, collecter X adresses mails de contacts qualifiés, générer X retombées média, organiser X rendez-vous avec des prescripteurs, fidéliser ses clients, se démarquer de la concurrence etc.
    2. Faites des phrases courtes. Le SWOT est un tableau de synthèse, si vous avez besoin de rédiger ou d’apporter des informations complémentaires, constituez un dossier d’annexes.
    3. Soyez factuel·le, évitez toute information de l’ordre du ressenti ou de l’intuition. Vous pouvez étayer votre contenu avec des chiffres, et lister vos sources dans une bibliographie.
    4. Hiérarchisez les informations par ordre d’importance.
    5. Réalisez une synthèse de votre matrice SWOT de quelques lignes qui compile les points principaux et concluez en listant vos problématiques à résoudre.
    6. Exemple concret : Comment faire un stand attractif, distinctif et durable alors que mon emplacement fait 9m2, que mon budget est de 1000 euros et que mon concurrent a triplé ses investissements salon ?
    7. Ne restez pas seul·e ! Proposez à l’ensemble des parties prenantes de compléter le tableau avec vous : commerciaux, marketing, RH, et n’oubliez pas la prod, la compta 😉

Adapter le SWOT à un projet salon

Faire un SWOT ce n’est pas si relou que ça en a l’air. Il s’agit avant tout de se poser les bonnes questions pour remplir le tableau de façon pertinente. Voici quelques exemples de questions pour remplir votre dans le cadre de votre préparation de salon.

INTERNE

EXTERNE

    • Quels sont les dispositifs de stand et d’animation mis en place par mes concurrents ?
    • Quelles sont mes cibles salon ?
    • Quels sont les risques sociaux et sanitaires ?
    • Quel est mon potentiel de vente ?
    • Etc.

Et comme je ne vous laisserais jamais dans la peine avec un conseil délétère, j’ai même poussé le bouchon un peu plus loin et concevant un questionnaire spécifique avec des conseils concrets pour vous aider à la réaliser. J’ai presque envie de vous dire yapluka. Aller j’ose. Yapluka 😀 Et assurément si vous avez des question et/ou besoin d’aide, vous savez où me trouver 😉

Au plaisir de vous lire,

Lucie

Tuto budget salon

Tuto budget salon

Avec de tutotiel complet de budget événementiel, vous allez apprendre à faire un budget exposant en utilisant mon model conçu spécialement pour vous avec amour. Mon objectif ? Vous évitez la crise d’angoisse sur le volet financier de vos prochains salons ! Le budget est un outil d’aide à la décision et un élément pivot de votre organisation. Il vous permet de piloter votre stratégie événementielle sur le long terme et de faire le lien entre les services / personnes qui sont partie prenante lors de votre prochain salon : marketing, communication marketing, commercial, la direction, compta, production etc.

A quoi sert un budget salon ?

Quand je dis que le budget salon est un élément pivot de votre organisation je n’essaye pas de broder sur le sujet 😀 Il vous permet de :

  • Gérer les dépenses : le budget garantie la visibilité détaillée de vos dépenses, de visualiser la répartition des coûts, d’anticiper et de maitriser vos investissements.
  • Piloter votre ROI : objectifs > Scénario > Indicateurs > Feed back > Adaptation en N+2 !
  • Sécuriser votre projet en centralisant les informations dans le cas où une des parties prenantes de l’organisation est en incapacité de le suivre jusqu’à son aboutissement.

Comment optimiser son budget ?

Avoir un budget c’est déjà un bon point de départ. Comment le faire évoluer et l’améliorer ?

  • Anticiper les dépenses (au moins six mois à l’avance) pour bénéficier des meilleurs tarifs, lorsque la pression de la demande n’est pas à son apogée, ou tout simplement pour que la prestation idéale soit encore disponible !
  • Définir des objectifs et des indicateurs de suivi pour mesurer la pertinence des dépenses engagées, mesurer le ROI et adapter votre stratégie évènementielle / budgétaire en N+
  • Mutualiser les dépenses quand c’est possible avec d’autres exposants

Lire l’article complet sur l’optimisation de votre budget

Comment utiliser le model ?

Organiser vos dépenses par grandes thématiques. Lorsque vous évaluez les variables d’ajustement, cela vous permet de modéliser plus clairement vos scénarios. Vous allez vite vous rendre compte que la communication n’est pas forcément votre poste de dépense le plus important alors que c’est un levier de ROI majeur !

  • Prix : indiquez le prix de la dépense ht. Convertir si besoin pour ne laisser qu’une seule monnaie. Scénario 2, 3 : Ici aussi indiquez les prix en ht dans la même monnaie. Ces colonnes vous permettent en un clin d’œil d’évaluer les différentes hypothèses de travail, de trouver rapidement des variables d’adaptation et de valider le meilleur scénario pour votre projet exposant.
  • No de devis, de commande et de facture : noter ces informations sécurise et fluidifie le suivi des fournisseurs. Cela permet à votre hiérarchie et votre compta de retrouver facilement une commande et une dépense engagée et de tracer plus vite les informations en cas d’oubli de paiement. C’est aussi une bonne façon pour vous de vous y retrouver dans les différents devis d’un même fournisseur.
    Je vous conseille de gardez un dossier papier et/ou numérique de vos documents tant que les salons ne sont pas terminés, on ne sait jamais. Ces documents sont aussi une bonne base de négociation avec vos fournisseurs pour les salons suivants !
  • Contact : Besoin de modifier une ligne auprès d’un fournisseur, de gérer un litige ou d’actualiser une proposition périmée ? Cette colonne vous permet de gagner du temps en trouvant le bon numéro sans repasser par le standard téléphonique.
  • Commentaires : Notez tout ce qui peut faciliter la compréhension de la ligne : l’historique, les remarques pour N+ les difficultés rencontrées…

Doit-on valoriser le temps salarié.e dans le budget ?

En théorie non, organiser un salon fait partie du job de votre équipe. Ce qu’il peut être intéressant de faire par contre, c’est de quantifier le temps passé par chacun.e sur le projet optimiser votre organisation et évaluer la pertinence de faire sous-traiter une partie du travail.

Pour conclure, votre budget événementiel est un outil commun à toute votre équipe. Il doit être construit avec rigueur, au risque de vous desservir et de plomber votre organisation au lieu de soutenir votre projet ! Je vous recommande si possible de mettre en place un document en ligne partagé pour le rendre accessible, transparent, et conserver un historique d’intervention en cas de boulette.

Si vous souhaitez aller plus loin pour améliorer vos projets salon, découvrez la formation « Organiser sa participation à un salon »

Formation organiser sa participation à un salon

Au plaisir de vous lire,

Lucie

Comment s’habiller sur un salon BtoB (quand on est une femme) ?

Comment s’habiller sur un salon BtoB (quand on est une femme) ?

Cet article repose sur une vraie question de fond beaucoup plus vaste : peut-on – comment – être prise au sérieux en cassant les codes pour une femme ?
Je pense que l’habit ne fait pas la bonne sœur, mais plutôt que l’habit est chouette armure pour affronter le monde extérieur, un medium d’expression et d’empowerment.
Est-ce que mon genre, ma coupe de cheveux, mes tatouages, et mes baskets affectent mes compétences ? Non, au contraire. Ils me donnent confiance en moi. Me réduire à ça serait une erreur mais soit, personne n’est parfait.e 😉

Quels sont les enjeux derrière votre style vestimentaire sur un salon ?

  • Être reconnue : en matière de personnal branding, le look est un outil puissant. Le fait de se créer un « dress code » ou tout autre forme de gimmik* facilite votre identification, vous permet d’être reconnue facilement.
  • Être vue : votre tenue vestimentaire vous permet d’attirer le regard dans la foule sans forcément avoir besoin de parler fort ou de vous mettre à poil. Comprendre en sous texte que quelque soit la surface de peau que vous montrez, faites-le pour vous, pour vous sentir à l’aise, et pas pour appâter le chaland comme un bout de viande.
  • Créer des points d’encrage avec votre cible : oui en faisant le choix de vous distinguer vous allez forcément susciter l’adhésion de certain.e.s et le rejet chez d’autre (sans pour autant qu’on vous jette des œuf pourris hein, on se calme). Bref vous sortez de la zone grise et c’est tant mieux ! Vous allez de fait attirer des gens qui sont en phase avec votre apparence, votre attitude et vos codes, des gens qui entrent en résonnance avec votre apparence. Vos choix vestimentaires peuvent être un bon moyen de parler de vous implicitement, de montrer vos influences par des références discrètes. Cela fera un tri bénéfique autour de vous et vous permettra de travailler avec des personnes plus alignées avec votre univers

Quelles couleurs choisir ?

Grand débat. Le bleu, le noir, le blanc, le gris et les différentes nuances de beige sont tout à fait consensuelles dans la majorité des milieux professionnels. Ces couleurs sont universelles quel que soit votre business et ont un ancrage fort dans beaucoup de codes salon.
Si vous choisissez une base monochrome, mode conseil est de trouver une pièce qui se démarque, un peu plus originale, ou un accessoire de couleur vive pour contraster et interpeller.

Quid de la symbolique des couleurs pour les vêtements ?

Pas de vérité vraie, l’interprétation des couleurs varie fortement d’une culture à l’autre. Signe de pureté en occident, le blanc et la couleur du deuil en Chine et en Palestine. Cet article du journal Le Monde propose un petit florilège d’indélicatesses culturelles.

Pour aller plus loin sur le sujet je vous propose un article qui compile rapidement (mais efficacement puisqu’il renvoie à ses sources) la différente interprétation que l’on peut faire de la personnalité d’une personne en fonction de la couleur de ses vêtements en occident.

Connaissez vous le fameux « effet robe rouge » ? Cette fiche Wikipédia très documentée, rend compte de plusieurs études sur le sujet. Malgré les biais observés dans certaines études, les médias féminins s’emparent régulièrement du sujet et contribuent à sa diffusion. Alors la robe rouge vecteur de puissance ou de sex appeal ? En tout cas le rouge est un parti pris très fort, à faire en pleine conscience !

Existe-t-il une tenue idéale pour un salon ?

Non, mais il y a un certain nombre de recommandation à suivre ! Déjà on évite à tout prix la combi pantalon. Bien que sublime, ce must to have de votre garde-robe est à bannir pour des raisons pratiques. Avez-vous vraiment envie de vous retrouver à poil aux toilettes en train d’éviter de faire traîner votre unique fringue par terre ? Bref.
La robe c’est super pratique paracerque c’est une pièce unique et que ça fait une problématique d’assortiment de moins. En revanche, qui dit robe dit collants en hiver, n’oubliez pas d’emporter une deuxième paire de secours, c’est si vite filé ces machin là !

Jupe ou pantalon ?

Peu importe, tant que la pièce a des poches et que vous pouvez bouger librement. Le problème des fringues trop ajustées c’est qu’elles peuvent entraver vos mouvements et carrément vous faire mal ! Pensez à ce moment où vous allez devoir ouvrir un carton au sol, monter un kakémono ou accrocher un poster en haut d’une cloison, présenter un produit en réfléchissant à la meilleure façon de libérer votre ventre d’un pantalon trop serré… Visualisez vous au fond du hall F vous rendant à la conciergerie de l’accueil…

Que porter en haut ?

Même consigne, des poches, et faites vous plaisir ! Pour ma part je privilégie les matières synthétiques un peu amples, pour éviter les traces de transpiration. J’aime avoir une veste avec des poches, un gilet, et une chemise… bref j’ai adopté la technique du layering pour faire face aux différents changements climatiques !
Je trouve aussi que rien de tel qu’une veste originale pour pour pimper une tenue sobre.

Les chaussures

Bon pas de mystère, bannissez les escarpins et tout ce qui ressemble de près ou de loin à un instrument de torture pour vos pieds et votre dos. Comprenez les talons de plus de trois centimètres et les bouts pointus. Vous allez rester plusieurs jours debout à piétiner, prenez soins de vous et concentrez vos forces dans votre démarche commerciale !
Et puis, pas de chaussure neuves. Jamais. Vous pouvez vous procurer des produits assouplissants pour le cuir chez les cordonniers ou des vieux journaux humides. Il paraitrait que ça fonctionne.
Malgré tout, une paire de chaussures fidèle peut quand même vous faire des ampoules, je vous rappelle que là on est sur un cas d’usage intensif !
Question chaussures plates vous avez ensuite l’embarras du choix, des chouettes mocassins aux sneakers en passant par les derbies et les boots légères. Je vous déconseille les bottes et les boots type Doc Martens, à cause du poids et de la chaleur. Avoir chaud ou froid au pied c’est tout aussi désagréable.
Quoi qu’il en soit, vous aurez quand même mal aux pieds. Vous pouvez d’ores et déjà prévoir une boite de pansement double peau (à poser en avance sur les zones de frottement, autant éviter le trou à l’os avant d’agir…) et vous procurer des semelles en gel pour soulager les talons, le must étant carrément de faire faire des semelles sur-mesure chez votre podo-orthésiste préféré.e !

Pourquoi des poches au fait ?

Pour ranger des trucs pardi ! Cartes de visites, portable, clé de vestiaire, carte bleue, vos mains (Adoptez une petite pose décontractée « mains dans les poches œil attentif » pour vous donner une contenance plutôt que de croiser les bras ou de faire défiler votre feed instagram à l’infini ;)). Avez-vous remarqué que la plupart des hommes ont à peine un portefeuille planqué quelque part dans leur tenue, sans déformer leurs fringues ?!

Les accessoires

Un petit sac pour mettre votre portable, votre CB et vos cartes de visite. Une chouette montre pour ne pas rater vos rendez-vous. Pensez à récupérer auprès de l’organisation une pochette en plastique à accrocher au tour de cou du salon pour mettre les papiers qu’on vous donne.
J’ai un crush personnellement pour les foulards type carré de soie. A la ceinture, dans les cheveux ou autour du cou, il est super facile de détourner le petit côté BCBG tout en donnant une touche chic à sa tenue.
En faisant ma petite enquête, j’ai relevé de chouettes idées : un collant à motif, des lunettes flashy, des bijoux ornementaux, un joli rouge à lèvre, une ceinture originale, des chaussettes décalées… On en revient au personnal branding, à l’intérêt du gimmick* et à ce que votre tenue livre de vous.

Parce qu’il faut bien conclure mais que le débat est ouvert…

Lorsqu’on est en confiance et convaincue par ses capacités, notre posture et notre attitude bougent et font bouger les gens autour de nous, dans notre sens. Mon point de vue sur la vie est qu’il est bon de faire bouger les lignes. Sur la question de la tenue vestimentaire, il n’est pas non plus question de vous pousser à sortir des codes de votre milieu, mais de vous livrer un parti pris qui vous permette de vous les réapproprier et de jouer avec, et pourquoi pas de les détourner. Chaque métier / milieu implique une certaine posture qu’il n’est pas question de transgresser impunément.

Gardez à l’esprit que d’une part cet article a été rédigé en faisant appel à mon expérience des salons btb de type industriel, biotechnologies, pharma etc. Certains propos ne sont pas pertinents si vous allez exposer sur une convention de tatouage, un salon du bien-être, une foire agricole ou un Comic Con. Et que d’autre part, sur un salon vous aller réaliser une performance physique sur plusieurs jours et que vous aurez besoin d’être au top tant moralement que physiquement. Et quand on est bien dans ses fringues, je ne vous fais pas un dessin, on a la confiance !

Je vous invite à partager vos plus beaux look salon avec le #HTDOTS (How To Dress On a Trade Show, on ne risque pas de se le faire pique comme ça :D)

*Dans le langage courant, un gimmick est une tournure de langage, de comportement ou de comédie récurrente, propice à identifier intrinsèquement son auteur [Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gimmick]

Utiliser les ressources du salon pour booster votre visibilité

Utiliser les ressources du salon pour booster votre visibilité

Utiliser les ressources du salon partie 1

Epingler l’article sur Pinterest pour le lire plus tard.

Comment améliorer votre visibilité sur un salon ?

Dans un article précédent » Réserver un stand sur un salon «  j’évoque la question de l’emplacement du stand en tant que moteur de votre visibilité sur votre prochain salon. Emplacement qui a un prix et qu’il est nécessaire de rentabiliser en boostant votre visibilité ! Vous avez booké votre emplacement avec ses forces et ses faiblesses ?


Aujourd’hui je vous propose de passer à l’étape d’après. Il s’agit de se poser la question suivante :
Qu’est-ce que le salon auquel je participe peut faire de plus pour moi ? Les organisateurs du salon pour assurer son attractivité pour les exposants et les visiteurs mettent en place un certain nombre de contreparties, plus ou moins facturées, qui peuvent vous permettre de créer des leviers communication supplémentaires et booster votre visibilité.

Le sujet est tellement vaste que je vous propose de l’aborder en 3 parties :

  • Les animations du salon : Comment utiliser les prises de parole, les awards et les nocturnes pour faire votre com ?
  • Les services du salon : La boîte à outil des salons pour leurs exposants (à paraître ultérieurement)
  • La communication du salon : Utilisez les outils de communication du salon pour alimenter la votre (à paraître ultérieurement)

Partie 1 : Les animations du salon

Beaucoup de salons proposent des événements pendant l’événement. Un excellent moyen de créer de l’attractivité et des leviers de communication à mon avis 😉

Conférences, master class, keynote, tables rondes, webinaires et prises de parole en tout genre

Le point commun entre un TedX et un concert de rock ? Vous ressortez galvanisé.e, inspiré.e, avec une motivation décuplée. Quand je repense à mes amphis d’histoire moderne le vendredi matin où le prof n’était pas sans rappeler Cuthbert Binns je me dis que ouf, au moins dans l’événementiel on sait organiser des prises de parole qui donnent des frissons, mais plutôt de ceux qu’on a dans un festival. En tout cas, c’est à partir de là qu’on va créer des leviers de communication pour votre entreprise quand vous partez sur un salon.
Les prises de paroles d’expert.e. et autre influenceur.se.s sont des temps forts sur les salons, quel que soit leur format. Plus le.la speaker est connu.e et le sujet tendance, plus elles vont attirer du monde. Elles permettent de débattre autour de nouvelles idées, d’évoquer les enjeux du marché, de transmettre des savoirs et d’inspirer les personnes qui y participent. Elles sont extrêmement utiles pour se constituer un réseau business pertinent de professionnels appartenant au même écosystème que vous. C’est aussi l’occasion de rencontrer les étoiles montantes des réseaux sociaux ou les intervenants de demain.
Donc première étape pour utiliser les prises de parole comme levier de visibilité et de communication pour votre entreprise : y participer, réseauter et abandonner la carte de visite au profit d’une connexion sur linkedin et d’un follow sur Tweeter.

Les awards

Si un salon propose des remises de prix : foncez, montez un dossier. Il en existe de toute sorte, qui récompensent aussi bien l’innovation produit que les méthodes managériales ou l’engagement RSE. A vous de trouver une catégorie qui convienne à votre entreprise et ses objectifs. Si vous êtes primé, vous bénéficiez d’une visibilité supplémentaire valorisante, tout le monde aime les podiums.
Certains prix font considérablement monter la valeur perçue de votre produit. Par exemple les Awards du CES, les médailles Lépine ou encore les récompenses du concours agricole. Ils assurent une belle visibilité et un carnet de commande l’année suivante non négligeable. Ils permettent de gagner en image de marque sur votre marché et auprès de vos pairs.
Même si vous ne gagnez pas, certains concours proposent des systèmes de vote, un bon prétexte pour mobiliser votre base de contacts et lui demander de s’engager pour vous !
Au-delà de la communication, je trouve que monter un dossier pour un prix est une belle occasion pour votre entreprise de fédérer vos salariés autour d’un objectif commun.

Les nocturnes

Ce qui se passe en nocturne reste en nocturne pourrait être le mot d’ordre. Du moins en fin de soirée. Mais si vous participez à un événement en soirée, ne manquez pas cette occasion pour faire de la communication off en profitant d’un concert, d’une fondue au fromage ou d’un illusionniste ! Les nocturnes salons sont un moment privilégié pour sortir du cadre en partageant un moment convivial.

Comment améliorer votre visibilité sur un salon grâce aux animations ?

Concrètement : participez, échangez, réseautez. Ensuite tout se joue sur les réseaux sociaux. En premier lieux, faites savoir ce que à votre réseau : partagez vos émotions, des photos de vous sur place, vos rencontres etc. Montrez votre expertise en attirant l’attention sur un point précis d’une conférence qui vous a marqué, une découverte sur un autre stand, ou tout autre événement pertinent pour votre business. Sans oublier tout au long de relayer les # adéquats du salon et de tagguer les bonnes personnes.

Anticipez, et profitez de ces temps forts pour y inviter vos partenaires ou vos prospects. N’hésitez pas à les impliquez-les dans votre communication afin de renforcer vote relation et de la positionner sur un terrain informel et stimulant.

Plus de conseils pour préparer votre salon B to B :

Pin It on Pinterest