Aimez-vous les histoires ? Pas les potins, pas l’Histoire, mais les histoires ? Les contes, les récits mythologiques, ces histoires qui se racontent depuis la nuit des temps et qui se passent de bouche à oreille ?
Il existe en chaque Homme un espace commun à celui de tous les Autres. Celui de la mémoire ancestrale, celui du souvenir inconscient de ses origines, et de l’origine du monde. Il y a des passeurs d’histoires, des poètes, qui transmettent cette littérature orale.  Il y a une passeuse en particulier, qui est une grande source d’inspiration dans mon travail, et qui m’a inspiré cet article.

De l’importance de bien connaître les Comics, la Mythologie et l’Ancien Testament

C’est une profession de foi pour ma part. Je soutiens qu’un bon communicant doit être curieux et cultivé. Par dessus-tout, il est essentiel qu’il maîtrise sur le bout des doigt la mythologie greco-romaine et les récits fondamentaux de l’ancien testament. Il existe également des mythologies plus récentes qu’il est important de connaître : les comics,  la mythologie fantaisie du seigneurs des anneaux, de Star Wars, ou des représentations collectives de masse telles que Big Brother*. Initialement issues de la littérature de science-fiction et de la BD, on les retrouve aujourd’hui sous forme de séries et de films spectaculaires. Si vous êtes curieux, ou pas (tout à fait) convaincu, allez faire un tour dans une convention Pop Culture type Comic Con, Hero festival etc. Elles ont toutes en commun de façonner l’imaginaire d’une très large partie de notre population (principalement occidentale…) et de faire partie des références incontournables de notre culture. 

En tant que spécialistes de la communication notre travail est d’interpeller l’inconscient de nos cibles, de faire passer des messages par des représentations symboliques, de faire comprendre des concepts. Pour cela nous faisons appel à la culture générale des personnes et à leur inconscient collectif. Ces récits sont donc fondamentaux à maîtriser, car ils sont notre base culturelle tant que mythes fondateurs.

Un exemple ? La pomme.
La pomme c’est à la fois le poison, le péché, la discorde. C’est aussi la connaissance, la représentation d’un concept physique moderne (la gravité au cas où 😉 ) et du phénomène d’ « insight ». Selon la façon dont on choisit de la représenter, le champ sémantique que l’on y associe et comment on décide de la contextualiser, le discours et l’interprétation seront différents.

Deux exemples concrets où le communicant sollicite le plus son patrimoine symbolique :

  • La création d’un nom (pour une entreprise, un projet, une association, un produit)
  • La création d’un logo


Cette culture dite générale est également indispensable pour créer de belles histoires. Elle n’a de cesse de nous inspirer par ses tragédies, ses archétypes et ses héro.ine.s.

La littérature orale en scène

Il existe dans le monde des passeurs d’histoires, des conteurs, et j’ai la chance incommensurable d’en compter une parmi mes amis. Avec sa troupe d’artistes musiciens et danseurs, elle tourne entre Savoie, Chartreuse et Vercors, en attendant de se poser dans quelques semaines, pour la première fois, dans le pays voironnais.

Que ce soit avec la Plus Petite Salle de Spectacle Nomade du Monde, une Soupe aux Cailloux ou Commun Chaos, elle emmène, à chaque représentation, son public aux confins de sa mémoire à travers les mythes oubliés de Lune & lièvre, des contes de notre enfance bousculés, un regard sur le monde emprunt d’égalité. Et c’est pour moi une source d’inspiration sans cesse renouvelée dans mon travail. Elle m’a appris ce matin pourquoi les framboises étaient rouges, et si cela pique votre curiosité, je me ferais un plaisir de vous transmettre oralement cette histoire. Reste à savoir si vous continuerez d’en manger après…

Elle n’a qu’un teaser à montrer, mais en attendant plus, je vous invite à découvrir 4 minutes coincées entre concept et réalité : https://www.lautrecie.fr/

Short liste de lecture pour commencer à s’y connaître un peu en mythologie

A lire juste pour le plaisir 🙂 Ce sont clairement des ouvrages de vulgarisation, mais leur qualité est éprouvée. Le but ultime reste bien sur de lire un bon livre, de plonger dans une bonne histoire, et de se faire plaisir !

  • Le feuilleton d’Hermés, le feuilleton de Thésée, le feuilleton d’Ulysse (à partager avec les enfants !), Murielle SZAC
  • Le voyage de Théo, Catherine Clément
  • La Bible pour les nuls, Eric DENIMAL
  • Psychanalyse des contes de fées, de Bruno Bettelheim paru en 1976 (J’écarte volontairement les contes de fées de cet article, mais à discuter ultérieurement !)
  • *1984 (Nineteen Eighty-Four), de George Orwell, publié en 1949 (moins généraliste mais indispensable) Je vous le conseille, chef d’oeuvre du genre – la dystopie – mais on en reparlera, c’est un style littéraire que j’affectionne et qui m’inspire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *